mercredi , octobre 20 2021
frku
Flash infos

Delsoz Hama

À l’orée du passé

Delsoz Hama

Poétesse kurde, Delsoz Hama est née à Souleimania et y a passé sa jeunesse.
Après des études d’architecture à l’Université de Mossoul, elle s’est établie en 1998 aux Pays-Bas.

 » J’ai été une étrangère dès l’instant où mes yeux se sont posés sur le monde et j’ai écrit dès l’instant où j’ai pu en avoir la compréhension.
Par l’écriture, je rends la vie plus belle en même temps que j’exprime et enrichis ma solitude. Elle nourrit mon âme, elle me permet de mettre au jour l’injustice et les ténèbres au milieu desquels nous errons.

Jusqu’au soulèvement de 1991, j’ai été très engagée politiquement. Depuis, j’ai pris du recul. Je suis devenue mère de trois enfants, j’ai repris des études dans le domaine de l’éducation et ai obtenu en 2019 un diplôme d’enseignante. »

Delsoz Hama n’a jamais cessé d’écrire.
Deux de ses recueils les plus connus sont :

Un automne qui m’illumine
Le seul amant

          Lexique d’un cœur brisé
                 (Poème extrait du recueil   » Le seul amant « , 2009)

L’enfance

Elle est ce que nous n’avons jamais vu, y compris de noir et de blanc

L’amitié

Elle est ce que la solitude nous laisse sur le pas de sa porte

Le pays

Jamais il ne m’a permis de rêver de lui. Ni même ne m’a permis de rêver de lui bâtir une chambre

Le poète

Il est celui dont le stylo, plus encore que la barbe hirsute de l’assassin, a coupé la tête de la poésie,
a blessé nos mains et nos pieds au moment où son tour est venu,
a nourri son imaginaire de notre tragédie, se tenant prêt, à tout moment, à se faire exploser, à détruire nos vies

La beauté

Elle est celle dont une moitié a été rongée par la guerre tandis que l’autre l’était par les rides de l’exil

L’homme oriental

Il est celui qui, parlant des seins troublés et transis de cet Orient en déroute, se montre violent, possessif et sombre.
Alors que devant les seins libres et ouverts à tous les regards de l’Occident, il est celui qui, soudain tolérant, libéral et pris de passion, se prosterne jusqu’à s’agenouiller.

Le seul amant (extraits)

Je suis de la race de l’automne
et ne suis l’ancêtre
que d’un pommier

Au rêve
        j’ai fait don de mon cœur

       A une ombre
        celle d’un cavalier qui, jamais, 
                                            n’est venu
         j’ai fait don de mon cœur

       Tu as volé ce cœur
       Tu l’as jeté sur le trottoir
                         à la sortie du cinéma

       A chaque sonnerie de la porte
       à chaque sonnerie du téléphone
       à chaque sonnerie de la vie
       tu me jettes dans le doute
       et me dépouilles de tout orgueil

       Aimerais-je
       que chaque sonnerie
       m’annonce ta venue

Traduction : Bayan Salman et Philippe Delarbre

Check Also

Mes jours de prison

Awat Mohamad-Amin Traduction de kurde : Bayan Salman et Philippe Delarbre Image: prison-Tracy Lundgren En octobre …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Font Resize