Flash infos

Poésie kurde d’aujourd’hui

Dlawar Karadaghi

Poète et traducteur né à Suleimanieh ( Kurdistan d’Irak ) en 1963, Dlawar Karadaghi a obtenu en 1986 le diplôme de l’Ecole des Beaux Arts de l’Université de Bagdad. Membre de l’Union des Écrivains Irakiens et Kurdes, il est l’auteur d’une soixantaine d’ouvrages. Il vit actuellement en Suède et au Kurdistan.

Dlawar Karadaghi

Ce parfum

          qui imprègne le corps

      Ce fut la ruée

      l’exode

      Le feu, de toutes parts, craquait

      L’eau fuyait 

      de peur d’être violée

      La tempête s’affolait

      Le cheval volait dans le ciel

      Blé, pluie, papillons

      poissons, baleines

      tous se sauvaient

      tous en courant

      pleuraient

      tous en courant

      s’effondraient

      La mort était là

      Mais tous couraient

      se cognaient aux rochers

      jetaient leurs enfants

                               dans l’abîme

      Les pierres pleuraient

      en heurtant les corps

      La forêt pleurait

      en ensevelissant les corps

                                dans la boue

      Même les lions 

      en courant

      rougissaient de honte

      La prochaine fois

      s’ils nous rendent nos filles

      nous les marierons aux pigeons

      nous les cacherons

      jusque dans les pages des livres

      jusque dans les flammes du feu

      N’importe où

     Nous, nous ne briserons jamais

                                         leurs miroirs

     Nous baignerons leurs corps

     dans l’eau des roses

     Pendant et après la guerre

     s’ils nous rendent nos filles

     nous les protègerons

     Nous les cacherons

     avec la cigogne

     dans le minaret

     Et jusqu’à la fin de la guerre

     elles seront à l’abri

     près de la tourterelle

     ( Poème traduit du kurde par

                Mohsen Ahmad Omer

              en collaboration avec

Philippe Delarbre )

Mohsen Ahmad Omer: Écrivain, traducteur

                   Au temps

       où je jouais de l’accordéon

      Au temps

      où, dans les ruelles 

      je jouais de l’accordéon

      j’offrais autour de moi

     à ceux qui se pressaient

     des bouchées de musique

    Au temps

    où je jouais de l’accordéon

    simples, vrais,

    emplis de fraîcheur

    bondissaient les mots

    Limpides étaient les jours

    Fraîche était une vie

    au goût de vanille et de cannelle

    Argile pure et parfumée

    enivrant était l’air

    Au temps

    où je jouais de l’accordéon

    je mêlais sans fin

    les jours aux nuits

    je débridais les songes

    je nouais les rêves  à la réalité

    l’espoir au désespoir

    les chimères à la vérité

    Au temps 

    où je jouais de l’accordéon

    errant dans les ruelles

    je semais mon cœur au vent

    tentais de prendre mon envol

    Soudain, tout autour de moi

    sous l’effet d’un coup de tonnerre

    sursauta

    Je poursuivis mes essais

    Peu à peu, mon oreille s’ouvrit

    Je repris conscience

    boum, boum, boum

    ce n’était que mon cœur

    qui battait à se rompre

    Au temps

    où je jouais de l’accordéon

    vaguant de ruelle en ruelle

    je priais

    que la musique exauce  mes 

                                                vœux

    Des femmes enceintes 

    des soldats de retour de guerre

    sans bras, sans jambes

    s’accrochant à leurs béquilles

    se pressaient 

    attendant de moi une prière

    M’entouraient aussi

    des fillettes effarouchées

    des garçons lassés de tout

    qui rêvaient d’exil 

    et de contrées lointaines

     A travers les notes de mon    

                                 accordéon

    ils cherchaient  

    les traces d’un destin

   Au temps

   où je jouais de l’accordéon

   jusqu’à l’aube

   je travaillais la musique

   je passais des nuits blanches

   à veiller sur mon âme

   Je m’évertuais

    à trouver le bon accord

    à inventer une mélodie 

    unique et merveilleuse

    que sublimait

    mon accordéon

    à inventer des concertos 

    de la couleur des pluies

    des sonates 

    aussi tristes que l’autruche

    et tirées de siachemanehs

    aussi parfumés 

    que le basilic noir               

    Au temps 

    où je jouais de l’accordéon

    par la musique

    j’inventais des couleurs

    je distillais le parfum

    je dessinais

    et, avec l’eau de la pluie

    je rinçais les mélodies

    En ce temps – là

    je drapais 

    les rythmes de solitude

    je les enchevêtrais

    de tout l’imaginaire des contes

    et quand ils commençaient

    peu à peu de grandir

    qu’ils devenaient affection

    je les mélangeais 

    à une poignée de petits non-dits

    à une pincée d’émois du cœur

    je les enrobais 

    d’une fine pointe de tristesse

    et les laissais 

    dans l’âtre de la solitude de mon

                                                     cœur 

    cuire

    jusqu’à se faire musique

   Nombreux

   furent les enfants aveugles

   qui ouvrirent les yeux

   en écoutant 

   le chant de mon accordéon

   Nombreux

   furent les enfants perdus

   auxquels la magie de ma musique

   donna des ailes

   qui, volant très haut

   battant de leurs ailes

   jamais plus ne revinrent

   Nombreuses aussi

   furent les filles tristes

   qui, écoutant  ma musique

   furent entraînées et emportées 

                                 par le vent

   Elles disparurent du regard

   et d’elles il ne resta

   que des voiles blancs

   pendus aux cordes à linge

   des cours et des terrasses

   aux fils électriques des ruelles

   Au temps 

   où je jouais de l’accordéon

   le monde regorgeait

   de problèmes importants

   autant que de menus plaisirs

   de voyages au long cours 

   d’immenses tremblements 

   et d’espoirs les plus fous

   Au temps

   où je jouais de l’accordéon

   le monde frémissait

   de barouds d’honneur

   de morts en grande pompe

   de cataclysmes

   d’échecs, de revers

   et de désespérance

   Lorsqu’à la tombée du jour

   je cessais

   de jouer de l’accordéon

   mon âme commençait de trembler

   l’air et les rues 

   avaient la saveur 

   d’une vanille pure et fraîche

   Mes doigts

   étaient parfumés

   de l’odeur 

   d’une terre rouge

   humide et brute

    ( poème traduit du kurde par

     Ahmed Mala 

               en collaboration avec Philippe Delarbre )

Ahmed Mala: Écrivain, Poète, traducteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Font Resize
error: Content is protected !!